Massacre de Sabra et Chatila ... 32 ans après, les criminels restent impunis
Article mis en ligne le 17 septembre 2014
dernière modification le 19 septembre 2014
Imprimer logo imprimer

Du 16 au 17 septembre 1982, plus de 3.000 réfugiés palestiniens et civils libanais ont été massacrés dans les camps de Sabra et Chatila, dans la banlieue de Beyrouth, au Liban envahi par l’armée israélienne. Des hommes, des femmes et des enfants ont été méthodiquement égorgés, empalés, éviscérés, violés par les milices chrétiennes phalangistes avec la complicité de l’armée israélienne sous commandement d’Ariel Sharon.




Ce crime contre l’humanité orchestré par Israël n’est malheureusement qu’un des nombreux massacres qui jalonnent l’histoire de la colonisation de la Palestine. Le massacre de Sabra et Chatila s’inscrivait dans le contexte de la guerre lancée par Israël pour mettre définitivement un terme à la présence de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) au Liban et à la résistance du peuple palestinien.

Mais, dès le 1erseptembre 1982, les 11.000 combattants de l’OLP avaient déjà été expulsés de Beyrouth sous bonne garde des forces internationales. Ce bain de sang prémédité avait pour but avéré de terroriser les réfugiés palestiniens et de rendre illusoire leur droit fondamental au retour.
Ces massacres restent impunis et aucune enquête internationale n’a été entreprise pour déterminer et punir les responsables.









puce Plan du site puce Contact

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2000-2014 © Mission de Palestine en France - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.67