Vernissage le 31 janvier, 18h, Galerie Talmart
Article mis en ligne le 29 janvier 2013
dernière modification le 26 janvier 2013
Imprimer logo imprimer

A la galerie Talmart, à Paris, l’exposition « ARREST » présente une nouvelle série de toiles de l’artiste marocain Ilias Selfati. Accrochées en
diptyques, les oeuvres, dans lesquelles s’exprime, comme souvent, la fascination de l’artiste pour le noir, confrontent pour la première fois
deux univers que l’artiste a certes explorés dans des séries de travaux passées, mais sans jamais les mettre ainsi en regard. Cette rencontre
inédite ouvre alors à de nouveaux horizons de réflexion et inaugure une dynamique interne aux images et un sens qui se précise, un discours
aussi. Par ce choix, davantage que purement scénographique, Selfati dévoile de manière plus explicite qu’il ne l’a jamais fait, ce qui le préoccupe et l’agite, et le regard, d’homme engagé, qu’il pose sur le monde contemporain.



On reconnaît, bien sûr, en chaque volet des diptyques présentés, l’attention
particulière que Selfati porte à la représentation de la nature, botanique ou
zoologique. La figure animale, récurrente, comme par exemple la représentation du cheval, agit tant au niveau figuratif que dans sa dimension symbolique, la vie animale pouvant être imaginée – fantasmée – comme symbole de liberté mais aussi, dirons-nous, d’une liberté primitive, « sauvagerie sans intention ». Encore qu’il ne soit sans doute pas vain de rappeler que si ce cheval, que Selfati a pu peindre ou dessiner si souvent, est sans doute un des animaux les plus symboliquement chargés, depuis les mythes chtoniens jusqu’au récits initiatiques, il incarne la domestication et la « sauvagerie domptée ».

Chez Selfati, ces figures ou motifs issus de son inclination pour la nature reviennent sans cesse ; mais les voici ici confrontés à des images nouvelles, comme un incessant ballet, un va-et-vient permanent entre deux types d’images liées entre elles par la forme en deçà, ou au-delà, des sens qu’elles semblent opposer.
Images exhumées de la mémoire, bribes de souvenirs, échos de son enfance, impressions.
D’abord, donc, les sensations au contact de la nature.

Télécharger la plaquette de l’exposition



puce Plan du site puce Contact

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2000-2014 © Mission de Palestine en France - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.67